Voyage à Bangkok avec Royal Jordanian

Royal Jordanian Airlines est peu connue du grand public, pourtant c’est une compagnie sérieuse sur le plan de la maintenance qui offre de bonnes possibilités de vol vers Bangkok. Le but de ce billet est de vous faire partager une expérience toute fraîche : elle date des 8 et 9 septembre.

C’est mon premier voyage avec Royal Jordanian pour aller à Bangkok et pour une première, j’ai pris un billet promotionnel en classe affaire. La première impression n’est pas la meilleure :

  • Pas de web Check-in.
  • Pas de délivrance de la boarding pass Pass Amman-Bangkok, il faut réenregistrer à Amman, dommage !
  • L’avion a une demi-heure de retard

Le salon est celui de Cathay Pacific, il n’y a rien à dire : clean, silencieux, un éventail de rafraîchissements et de nourriture à la hauteur de ce qu’on attend d’un tel endroit.

En vol

C’est un Airbus A320. La crown class, entendre la classe affaire, est cossue : sièges en cuir, assez larges pour accueillir les gabarits les plus imposants. Je suis seul sur mon rang et ce n’est pas la place qui manque. Ce n’est pas comme sur Air France avec ses sièges étriqués, identiques à ceux de la classe éco. Par contre, cet avion est bruyant, très bruyant. Quand on a l’habitude de voyager en A380, la différence est flagrante. Manifestement, l’A380 est d’une autre génération.

Le PNC est assez sympa, quoique je trouve que l’hôtesse affectée à la classe affaire se la pète, comme disent les djeunz… Son collègue masculin est bien plus sympa.

La petite coupe de Champagne est la bienvenue, l’altitude de croisière est atteinte travers Luxembourg ville, la vie à bord est agréable, tout va bien.

La miss qui se la pète un peu s’avère finalement être beaucoup plus sympa qu’elle ne le laisse paraître derrière son maquillage un peu sophistiqué. Elle n’hésite pas à remplir mon verre sans que je le lui demande. Ah la brave fille.

A l’heure où j’écris, c’est à dire 1 heure après le décollage, nous avons le droit au repas. C’est simplement une petite merveille.Pas de plateau repas, mais un service à la place, porcelaine et vrais couverts, vin à profusion et un repas qui tient la route.

Ma miss sophistiquée s’est déridée, elle s’appelle Lara. Et quand elle a su que j’allais à Bangkok, elle m’a donné son prénom et m’a dit de se recommander d’elle sur le vol Amman-Bangkok. Ce que j’ai bien sur fait et je ne l’ai pas regretté.

Finalement, les apparences peuvent être trompeuses. Lara est sympa. Après avoir vu la photo de ma petite fille Marie, j’ai été traité comme un coq en pâte. Merci ma petite Marie…

J’ai croisé le commandant de bord, encore un type sympa. Ca fait plaisir de croiser de telles personnes. Avec sa barbe de trois jours et son sourire spontané, il me plait bien.

Je viens de faire un petit somme. C’est chouette la Crown class et, contrairement à mes idées préconçues, il s’avère que le PNC est très sympa et attentionné. Je fais amende honorable. Il reste à voir comment sera la suite du voyage.

En résumé:

  • L’A320 est un avion bruyant, comparé à un A380
  • La Crown class est impeccable, rien à reprocher
  • Le PNC est sympa

Bonne pioche ! A renouveler.

Queen Alia International Airport

C’est un aéroport récent mais froid. Un duty free shop au centre et des allées qui rayonnent. Il n’y a rien de bien transcendant, même pas une boutique d’électronique digne de ce nom. Il ne faut pas espérer y trouver le dernier gadget à la mode. La nuit, on s’y ennuie prodigieusement. Le lounge n’est pas à la hauteur de celui de Cathay Pacific de CdG 2A.

Le vol Amman-Bangkok

C’est un A330 qui partira avec une heure de retard : il fallait attendre des correspondances. Les sièges, bien qu’ils soient anciens, sont confortables et se mettent à plat. J’ai pu dormir quelques heures mais on s’ankylose assez rapidement. Le vol se déroule calmement, sans histoire. J’ai refusé mon premier repas et j’ai préféré dormir.

Ca fait maintenant 6 heures qu’on vole et j’ai une petite faim, entretenue par les effluves des plats que le personnel de bord réchauffe. Nous avons encore 2 heures et 15 minutes devant nous, plus qu’il n’en faut pour un bon petit repas. Et je dois reconnaitre qu’il était bien bon.

L’avion se posera à Bangkok en ayant rattapé la moitié de son retard.

Finalement, le bilan est assez positif si ce n’est l’aéroport Queen Alia qui est assez froid et ennuyeux. On en a vite fait le tour et, mis a part la trilogie parfum, alcool et tabac, il n’y a rien de bien probant au duty free. Et de nuit, les heures sont longues.

Je referai un billet pour mon vol retour. J’ai choisi des vols avec une escale d’un peu plus de 6 heures ce qui me permettra d’aller visiter la vieille ville pendant mon transit à Amman.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Voyage à Bangkok avec Royal Jordanian »

  1. ben zut alors moi qui disait il y a quelques jours que j’allais te proposer un RDV skype ;-(
    c’est bien néanmoins car tu arrives toujours à trouver du plaisir à faire un voyage assommant,
    heureux homme. !
    Bon nouveau séjour chez toi et à bientôt pour tes réflexions sur ta vie là-bas,
    Alain

    J'aime

  2. Merci Alain. Comme je l’ai écrit il n’y a que l’escale qui soit ennuyeuse. Par contre, au retour, j’ai un peu plus de 6 heures et Royal Jordanian propose des visites touristiques pour combler l’attente. J’irai donc donc visiter la vieille ville d’Amman.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s