Retour de Bangkok avec Royal Jordanian

Royal Jordanian Airlines n’a pas forcément les meilleurs créneaux dans les aéroports internationaux aussi les “stopovers” peuvent être assez long. Comme c’est un pays riche en sites historiques, Royal Jordanian a eut l’excellente idée de proposer aux voyageurs en transit des programmes de visites culturelles, Zuwar (Le voyageur en arabe) tours, pour meubler le temps passé entre 2 vols à Amman. Je me suis donc programmé un vol avec 6h15 de stopover à Amman afin de pouvoir découvrir la vieille ville historique. Hélas, 3 fois hélas, je n’ai jamais pu m’y inscrire, leur site web me renvoyant systématiquement sur un formulaire de plainte/commentaire… J’ai changé d’ordinateur pour passer d’un iPad à un laptop sous Windows, j’ai fait faire la recherche par une autre personne, qui sait, je suis peut être pas très doué. Je leur ai envoyé plusieurs mails, suite à quoi il m’ont envoyé un formulaire à remplir mais dont les dénominations des champs étaient invisibles. Joints par un ultime mail, je me suis vu signifier un refus poli car ils ne pouvaient rien plus rien faire car le lendemain est un vendredi. Pour être cohérent, je me suis demandé si leurs avions volaient le vendredi, sait-on jamais. Bref, ce qui aurait du être une découverte culturelle intéressante s’est transformé en une attente interminable dans un aéroport assez tristounet.

Heureusement, il y a des points positifs dans ce voyage de retour. Un vol de rêve dans un Boeing 787 « Dreamliner » flambant neuf. C’est mon 3ème vol avec Royal Jordanian en un mois et toujours un PNC souriant, aimable, attentif et efficace. J’ai dormi 6 heures sur les 8 heures de vol… Réveil en douceur. avec un plateau petit-déjeuner royal ! Un vrai jus d’orange, avec de la pulpe et non un truc hyper-sucré à base de concentré.

Lever du soleil sur Amman, Queen Alia International Airport

 

L’avion s’est posé à l’heure à Amman Queen Alia. J’aurais presque souhaité qu’il soit en retard tant j’étais bien à bord. Comme je l’avais écrit dans un précédent billet, l’aéroport est tristounet. Il est tres beau mais on y tourne en rond, il n’y a rien à voir, rien à faire. Le personnel est nonchalant mais aimable et souriant. Il va falloir tenir 6 heures avant de reprendre l’avion pour Paris CDG.

Finalement, le stop over ne m’a pas paru « trop » long, occupé que j’étais de consulter mes mails, mon compte Facebook et autres messageries instantanées. Il faut reconnaitre que de jour, c’est un peu plus vivant. A noter aussi un réseau wifi assez performant. L’embarquement s’est fait à l’heure ainsi que le décollage. Une constante demeure dans tous ces vols : la gentillesse et l’efficacité du PNC.

Le retour vers Paris s’effectue dans un « vieux » A321. Le contraste avec le « Dreamliner » flambant neuf est frappant. Mais toujours la même qualité de vie à bord et toujours un PNC sympa. A ce niveau de constance, ce n’est plus une heureuse coïncidence mais une volonté délibérée de l’entreprise à prendre soin de ses passagers. Le repas du jour est sympa et je décide de me faire un petit plaisir avec du mérou. J’ai scanné le menu pour avoir le nom du plat et je rechercherai la recette sur le web si elle en vaut la peine. J’avoue apprécier la cuisine du Middle-East. Le voyage se poursuit et j’avoue que je commence à trouver le temps long, vivement l’arrivée à Paris.

A Roissy, ce fut la divine surprise. Sorti dans les premiers de l’avion je suis arrivé rapidement à l’immigration où il n’y avait personne. Formalités expédiées en moins de 2 minutes. Les bagages sont arrivés 10 minutes après, 20 minutes après la sortie de l’avion, j’étais sur le trottoir à attendre mon épouse coincée dans les embouteillages. Ca change de l’heure minimum habituelle.

Que retenir de tout cela ? Royal Jordanian n’a pas les meilleurs créneaux à Paris ce qui engendre des temps d’escale assez long. Pour meubler le temps d’attente à Queen Alia, il y a bien la solution Zuwar tours qui permet de visiter la cité historique d’Amman. Encore faut-il que leur système de réservation soit au point. C’est dommage car c’est une excellente idée pour meubler un temps d’escale un peu long. La vie à bord est sympa et, n’oublions pas de le préciser, Royal Jordanian est une compagnie sérieuse qui ne rogne pas sur les coûts de maintenance. Je retenterai l’expérience en m’y prenant mieux. Les circuits offerts par Zuwar peuvent comprendre la visite de Petra. Il suffit pour cela de se réserver un temps d’escale suffisamment long.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s