Mes tribulations avec Air France

Pour son anniversaire j’avais fait la surprise à ma toujours jeune et tendre épouse, d’une semaine à Cape Town en Afrique du Sud. Samedi 5 novembre, nous bouclons nos valises et partons chez notre fille pour dîner puis rejoindre l’aéroport de Roissy. Vers la fin du repas, je reçois un SMS m’annonçant que le vol est annulé et reporté au lendemain matin. Nous prenons la décision d’aller quand même à Roissy et de voir sur place. Arrivés à Roissy, nous allons immédiatement vers la file d’embarquement d’Air France où la chose nous est confirmée et où l’on nous dirige vers les guichets 10 et 11.

L’attente débute. Nous attendons une demi-heure avant qu’un personnel d’Air France ne vienne nous informer de la façon dont ce problème sera traité. La file d’attente s’allonge et enfin les premiers commencent à passer. C’est long, très long, beaucoup trop long. C’est d’autant plus rageant quand on voit en face que les guichets Sky Priority sont ouverts mais vides. Finalement, le superviseur prend la décision de diriger une partie de la file d’attente vers les guichets Sky Priority. C’est une décision qui arrive beaucoup trop tard et visiblement, le personnel est pour la plupart dépassé par les évènements, y compris le superviseur qui n’a pas pris les bonnes décisions au bon moment. Par contre il a su se défausser sur ADP. Finalement, au bout de plus de 3 heures de queue, vers 23H30, quand tout le personnel d’ADP à disparu, on se retrouve seul, avec nos bagages, pour aller à l’hôtel Ibis où nous avons été hébergés.

A l’hôtel Ibis. Rien à redire si ce n’est qu’il ont été fichtrement efficaces. La réception nous a trouvé une chambre à 2 lits. La chambre, au standard Accor était impeccable et confortable, rien à redire. Nous n’avons pas très bien dormi et la nuit fût courte. Ce n’est pas de la faute de l’hôtel, non, ça s’est trouvé comme ça.

Enfin l’embarquement. Nous embarquons après 10 heures d’attente. Il ne nous reste plus qu’à se laisser aller et profiter du vol. L’embarquement se fait rapidement et nous sommes enfin à bord.

La vie à bord. C’est un A380 et, il faut le dire, c’est un appareil assez silencieux. Beaucoup plus que les autres appareils sur lesquels il m’a été donné de voler. Même le dernier né de chez Boeing, le 787 Dreamliner est plus bruyant. Le PNC est sympa mais, malgré tout, j’ai l’impression qu’ils ont des consignes pour faire passer la pilule. Ceci dit, on ne va pas se plaindre et autant en profiter. Première surprise, on nous sert un petit déjeuner à 11h30. Même les stewards ont été surpris. Le repas a été servi au bout de 7 heures de vol. Nous avons peu dormi mais c’était un vol de jour.

L’arrivée à Johannesburg. Comme on s’y attendait, il n’y avait plus de correspondance vers Cape Town. Le personnel de l’escale Air France de Joburg nous a pris en charge. Ce fut la divine surprise : tout était organisé de main de maitre et nous bagages à peine récupérés, nous étions dirigé vers un hôtel contiguë à l’aéroport, le Southern Sun, en possession de notre réservation pour le vol suivant. Le check-in à l’hôtel s ’est fait rapidement et le standard des chambres était largement au dessus de l’Ibis, ne serait-ce qu’au niveau des équipement (cafetière de courtoisie) et de la taille de la chambre. Un grand bravo au personnel de l’aéroport et de l’escale Air France : on a réellement eu l’impression d’avoir été pris en charge, pas comme à Paris.

En route pour Cape Town. Le réveil à 4h00 a été dur… Il faut dire qu’avec moins de 6 heures de sommeil en 2 nuits, nous n’avions pas la grande forme. La navette de l’hôtel nous a amené au terminal tout proche. Comme j’avais effectué le check-in par internet, nous avons juste eu à nous débarasser de nos valises au drop-off counter. Toutes les formalités, drop-off, contrôle, embarquement, se sont déroulées rapidement : une procédure bien rôdée avec du personnel compétent et souriant. Ca change du personnel ADP… Le vol s’est déroulé sans histoire : nous sommes partis et arrivés à l’heure. Le petit déjeuner nous à fait du bien : le dernier repas remontait au vol précédant, 3 heures avant de se poser à Joburg.

Enfin à pied d’œuvre! La sortie de l’avion s’est effectuée rapidement, nous avons récupéré nos valises dans la foulée et la navette de l’hôtel était là… Nous sommes arrivés à l’hôtel, le Cape Town Lodge hotel, et avons pu nous installer, nous rafraîchir et partir pour les premières découvertes .

Air France, une compagnie fiable ? Une semaine après, le samedi 12 novembre, Air France réitérait son coup. Le Vol Air france Le Cap-Paris était annulé. Officiellement,un pilote serait malade, il n’y a pas de pilote de remplacement. Le bruit courait chez le personnel au sol qu’il aurait un peu abusé de la bouteille lors d’une soirée bien arrosée. Cette version me parait fantaisiste et invérifiable. Un bruit plus sérieux courait également que les avions n’étaient pas pleins et qu’Air France rassemblait 2 vols en 1. Hypothèse beaucoup plus probable mais tout aussi invérifiable. 2 vols annulés en une semaine sur la même ligne, le taux de remplissage ne doit quand même pas être très bon… En ce qui me concerne, j’ai joué, j’ai perdu mais ce qui est désormais certain c’est que, sauf cas exceptionnel, je ne choisirai plus Air France.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Mes tribulations avec Air France »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s