Kaikoura

La traversée de Wellington à Picton s’est déroulée sans histoire le dimanche 12 janvier 2020. C’était une journée un peu speed. Il a fallut se lever aux aurores, rendre la voiture après avoir fait le plein de carburant puis s’occuper des formalités d’embarquement. Le ferry est à l’heure et les 92 km de traversée sont couverts en 3h30. Dès la descente du ferry, nous récupérons notre nouvelle voiture, un petit SUV Mitsubishi bleu qui nous servira pendant notre périple sur l’Ile du Sud.

Picton est un gros bourg charmant, niché sur les rives d’une jolie baie. Nous y prendrons nos quartiers pour la nuit et repartir le lendemain vers Kaikoura. Mais d’abord, place à un lunch léger face à la mer.

La baie de Picton

Après avoir expédié notre lunch, nous sommes partis à l’aventure et, le hasard ayant bien fait les choses, nous nous sommes retrouvés en haut d’une crête avec une vue imprenable sur l’océan.

Vue depuis les hauteurs de Picton

Nous quittons Picton vers 10h00, bien calés après un full English Breakfast. Dès la sortie de Picton nous arrivons dans les premières vignes du comté de Malborough. Une fois passé Blennheim, les vignes font place à des collines pelées de couleur jaune-ocre. On pourrait penser à un endroit où les pluies sont rares mais il n’en est rien, il y pleut normalement mais en revanche, les vents puissants et réguliers assèchent le terrain. Malgré tout, il y a ça et là quelques vignes dans des endroits protégés des intempéries, oasis de verdure au milieu des collines battues par les vents. Dans ces paysages désolés, les moutons sont rois.

Les vignes du comté de Malborough
Des collines désolées…
…Où paissent les moutons.

Les collines font place à la plaine et les vignes réapparaissent. Bientôt on aperçoit l’Océan Pacifique et c’est l’arrivée à Kaikoura. Nous allons confirmer notre participation à la visite des cachalots le lendemain. Après un lunch rapide, nous sommes partis au sud de Kaikoura passer l’après-midi à observer les otaries et les oiseaux de mer.

Otaries et oiseaux de mer.

Nous avions une réservation le 13 janvier sur le tour de 10h15. Si hier la météo était digne d’un été provençal, aujourd’hui on se serait cru au cap Griz-nez un jour d’automne : venteux et froid. Pour couronner le tout, un avertissement météo juste avant de partir, la mer sera « choppy ». Nos estomacs ont été mis à rude épreuve… Le plus dur n’est pas de subir les assauts de la houle mais de rester serein quand la voisine vomit tous les médicaments anti mal de mer qu’elle avait ingéré, plus le reste ayant existé ou non…

La pauvre, c’était une jeune française, hyper sympa, qui avait fait 6 mois en Nouvelle-Zélande dans le cadre de ses étude et qui y était revenu passer ses vacances.

Les cachalots se sont malheureusement fait rares mais malgré tout, nous avons eu la chance d’en voir 2 et de pouvoir filmer la plongée du premier.

La plongée du cachalot.

Une réflexion au sujet de « Kaikoura »

Répondre à Diverres Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s