la coupétade

En traversant la Lozère, je suis sorti de l’autoroute A75 pour rechercher un restaurant avec des camionnettes garées devant : ce sont en principe des restos ouvriers où l’on mange bien pour un prix très correct. J’avoue que j’aime autant donner mon argent à un artisan méritant plutôt que de payer une nourriture industrielle, dans une cafétaria d’autoroute et engraisser des actionnaires tandis que le petit personnel est payé au minimum. J’en ai trouvé un, le relais le petit Camillou, à Aumont-Aubrac, où j’ai bien mangé et où j’ai terminé mon repas par une coupétade.

C’est un pain perdu, tel que le faisait ma môman, avec du pain rassis, des pruneaux et un appareil à flan. Le genre de dessert typique des foyers où on ne jette rien, où l’on recycle tout, et surtout, on dispose des produits de base courants de la campagne, à savoir du bon lait fraîchement tiré et des œufs frais pondus par des poules en liberté…

20151101Coupetade-11
La coupétade au sortir du four

La recette doit se perdre dans la nuit des temps, chacun détenant bien sur la recette authentiquement authentique, qu’il tient de la grand tante de la cousine du fermier d’en face… Je caricature mais je ne dois pas être très loin de la vérité, chacun ayant sa façon de faire.

D’après les explications que j’ai eues et celles que j’ai trouvé sur le net, on peut adopter comme ligne conductrice les ingrédients suivants, donnés pour une personne :

• 100 g de pain rassis, en fines tranches
• 1 œuf
• 125 ml de lait
• 30 g de sucre
• 2 pruneaux

A multiplier par le nombre de convives.

Pour les puristes, il vous faudra un coupet, récipient en terre cuite d’où le nom de la recette est tiré. En effet, de même que le tajine se cuit dans une tajine, le cassoulet dans une cassole, la coupétade se cuit dans un coupet. Pour les autres, c’est à dire les non puristes,  je les rassure, ça fonctionne très bien avec un bête moule à cake.

20151101Coupetade-12
La coupétade

Je commence par couvrir le fond du moule de fines tranches de pain rassis, environ 1/3 du pain. Je répartis les pruneaux dessus et je recouvre du reste du pain. Après, il faut battre ensemble longuement le lait, le sucre et les œufs de façon à avoir un mélange bien homogène et mousseux. Il suffira de verser ce mélange sur le pain rassis, de repousser le pain rassis vers le bas avec une fourchette, ainsi il sera bien imbibé, puis d’enfourner 40 à 45 minutes à four préchauffé à 180°C.

Le temps de cuisson dépendra du four. La coupétade est bien cuite lorqu’elle à gonflé et doré.




Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s